SU17_Breaking2_TheScience_M01.jpg

CH 04 LA SCIENCE

POUR L'ÉMINENTE ÉQUIPE DE CHERCHEURS NIKE BREAKING2, toute leur quête s'articule autour d'une seule question : comment aider les meilleurs coureurs de fond au monde à être plus rapides, et pas uniquement par étapes, mais à être plus rapides que tous les coureurs de fond de l'histoire.

Lorsque vous essayez de grappiller des minutes, et non des secondes, sur les records mondiaux, vous avez besoin de tout ce que la science peut vous apporter. Des capteurs de température de la peau et une imagerie des muscles pour surveiller l'hydratation et l'apport en sucre. De nouveaux types de vêtements pour réduire la traînée. Et bien sûr, la chaussure Nike Zoom Vaporfly Elite.

Pour comprendre comment nous sommes arrivés presque au bout de notre quête historique qui est de passer sous la barre des deux heures pour courir un marathon, il faut commencer par le début.

SU17_Breaking2_TheScience_M04.jpg

SÉLECTION DES ATHLÈTES Pour identifier les coureurs les plus à même de courir un marathon en moins de deux heures, notre équipe de scientifiques a mis à l'épreuve un grand nombre de coureurs de fond Nike de haut niveau, en mesurant trois facteurs fondamentaux qui permettent de prévoir leurs performances : Capacité d'exercice physique : la capacité physique maximum d'un athlète, exprimée en VO2 Max, qui désigne le volume maximum d'oxygène consommé. Économie de course : la quantité d'énergie dont un coureur a besoin pour parcourir un kilomètre à une vitesse donnée. Vitesse durable : la vitesse qu'un coureur peut maintenir sur une longue durée sans avoir besoin de ralentir. Parmi les athlètes mis à l'épreuve, trois se sont révélés être les plus prometteurs : Eliud Kipchoge, originaire du Kenya, Lelisa Desisa, originaire d'Éthiopie et Zersenay Tadese, originaire d'Érythrée. Le processus de test a généré des données physiologiques clés qui ont permis à notre équipe de scientifiques de déterminer le potentiel de chaque athlète. L'équipe a comparé les records personnels de chaque athlète par rapport aux prévisions, pour identifier les éléments sur lesquels il fallait se concentrer, et elle a commencé à imaginer des stratégies pour réduire l'écart entre ces deux points de comparaison en vue de la course.

SU17_Breaking2_TheScience_M03.jpg

Par exemple, alors qu'Eliud a affiné ses techniques d'hydratation au fil des années et des compétitions, Zersenay, le recordman mondial du semi-marathon, s'hydrate au minimum. Étant donné l'économie de course incroyable de Zersenay mais le record personnel plus lent des trois athlètes pour le marathon, l'équipe a travaillé sur l'amélioration de son hydratation. Autre exemple : la stratégie de nutrition. « Les marathoniens peuvent se retrouver au pied du mur aux alentours de 30-35 km », explique Brett Kirby, physiologiste en chef de l'équipe de recherche NXT Generation au sein du laboratoire de recherche sportive de Nike. « Ce phénomène est généralement associé à l'épuisement des réserves de sucre dans les muscles. Alors comment pouvons-nous maintenir un taux de sucre élevé ? Il faudrait parvenir à maintenir un niveau d'énergie constant tout au long du marathon. Nous nous sommes focalisés là-dessus et avons cherché une solution personnalisée pour chaque athlète. »

SU17_Breaking2_TheScience_M04.jpg

LE PARCOURS D'OPTIMISATION POUR LE JOUR DE LA COURSE : DE LA SÉLECTION À AUJOURD'HUI Avant que l'équipe puisse travailler avec les athlètes pour affiner leur entraînement et leur conditionnement, nous devions comprendre leurs programmes d'entraînement habituels. Pour cela, notre équipe de scientifiques a rencontré les athlètes et leurs entraîneurs au siège mondial de Nike à Beaverton, dans l'Oregon. Lors de cette première session, l'équipe de scientifiques a fourni à chaque athlète des montres GPS et des contrôleurs de fréquence cardiaque pour démarrer le suivi de la charge d'entraînement de chaque athlète. De plus, chaque athlète a été connecté à un logiciel interne Nike d'analyse des prévisions de performances. Cela a permis d'en savoir plus sur chaque athlète, et de prévoir leurs performances de running futures. Puis le groupe de scientifiques a fait équipe avec le groupe Produit et s'est rendu sur le terrain d'entraînement des athlètes au Kenya, en Éthiopie et en Espagne. Ils ont testé et intégré des observations sur le projet Nike Breaking2, ont recueilli de nouvelles données et ont observé personnellement les habitudes d'entraînement quotidiennes des athlètes et leur hygiène de vie, en cherchant constamment des pistes pour les aider. Lors de la première session, l'équipe de scientifiques a introduit des stratégies d'hydratation et de nutrition, qui ont été régulièrement ajustées au fil des mois. La température de la peau et le taux de transpiration ont été contrôlés. Les détails de la coupe pour la chaussure Nike Zoom Vaporfly Elite révolutionnaire et pour les vêtements de la course ont été travaillés et retravaillés.
Et plus nous approchons du but, plus la température devient primordiale pour notre équipe.

SU17_Breaking2_TheScience_M05.jpg

Pour la réussite de Breaking2, l'indication de température la plus importante correspond à la différence entre la température interne du corps et la température de la peau. Il s'agit du gradient de température. « Nous observons les variations de la température interne du corps par rapport à la température de la peau et nous voulons que l'écart entre ces deux chiffres soit le plus grand possible », explique Brad Wilkins, Directeur de l'équipe de recherche NXT Generation au sein du laboratoire de recherche sportive de Nike. « Cela signifie que le gradient entre la température interne et la température de la peau est très élevé. » Pour maintenir un gradient de température élevé pour chaque coureur, l'objectif de l'équipe est d'optimiser les conditions environnementales pour le jour de la course. Lors de notre test sur un semi-marathon, des dispositifs internes et externes ont été utilisés pour mesurer respectivement la température interne et la température de la peau. Ces dispositifs ont fourni les données constantes nécessaires pour comprendre l'impact des facteurs thermiques sur les performances de chaque athlète. Pour essayer d'avoir les conditions optimales de température, de couverture nuageuse et de vent, la course aura lieu dans une fenêtre de lancement de trois jours. Dans cette fenêtre de trois jours, l'équipe choisira la matinée optimale pour la course. Cela devrait permettre d'obtenir un gradient maximum entre la température interne et celle de la peau, et ainsi minimiser le plus possible l'impact des facteurs thermiques sur les résultats de performance des athlètes. L'hydratation est un autre facteur important affecté par l'environnement. Tout au long de l'entraînement, l'équipe a pesé les coureurs avant et après qu'ils aient couru, ce qui indique la quantité d'eau perdue par chaque coureur par le biais de la transpiration. Puis notre équipe a observé comment le corps de chaque coureur réagissait à leur stratégie d'hydratation respective, un mélange liquide d'eau et de sucre soigneusement élaboré. Ce mélange continue d'être personnalisé en fonction du taux de transpiration de chaque athlète et évoluera à l'approche de la course.
D'autres tests, comme l'imagerie des muscles, ont révélé la quantité de sucre présente dans les muscles des athlètes. C'était un point essentiel, car le sucre pourrait aider les coureurs à éviter l'épuisement qui va généralement de pair avec le marathon. Ou un apport trop élevé en sucre pourrait irriter l'estomac et les mettre hors jeu.

SU17_Breaking2_TheScience_M06.jpg

L‘étape suivante dans l‘optimisation du jour de la course nous a conduit dans le cadre arboré de l‘Autodromo Nazionale Monza, à 21 km au nord de Milan, pour une simulation de semi-marathon. C‘est également ici que nous serons pour tenter le marathon en deux heures. La piste plate et les courbes graduelles du circuit de Monza, ainsi que le climat tempéré du nord de l‘Italie, font de cet endroit le lieu idéal pour notre tentative. L‘épreuve test du semi-marathon n‘est pas destinée à tester la forme physique des athlètes. C‘est plutôt un test visant à voir comment l‘équipe Breaking2 parviendra à gérer la tentative de record du monde Breaking2 sur le plan logistique. L‘équipe a demandé aux athlètes de courir à l‘allure d‘un semi-marathon réalisé en 60 minutes. De petites modifications ont été testées lors de la course d‘essai. Par exemple, avant la course, Eliud a pris une barre à la betterave riche en glucides au lieu d‘un jus de betterave. Le gradient de température et, bien sûr, les chaussures ainsi que les vêtements ont également été testés. Toutes ces données ont déjà été collectées auparavant, mais jamais avec des athlètes de cette envergure et dans le but de battre un tel record. Que nous battions le record de deux heures ou non, nous nous trouvons déjà en territoire inconnu. Un territoire qui ne pourra qu‘aider les athlètes à envisager la prochaine étape.

SU17_Breaking2_TheScience_M07.jpg

Le jour de la course, nous allons mettre en pratique tout ce que nous avons appris. Nous utiliserons une formation dynamique avec des pacers pour réduire la résistance au vent de nos athlètes. Nous veillerons à ce que les athlètes reçoivent l‘hydratation mise au point pour chacun d‘entre eux. Et, bien entendu, nous avons élaboré une chaussure – la Nike Zoom Vaporfly Elite – conçue pour transformer le moindre avantage en performance. Breaking2 n‘est pas une simple course et n‘est pas non plus une expérience. C‘est un modèle qui montre à quel point on peut aller plus vite quand on allie travaux scientifique de pointe, passion inébranlable et détermination sans faille. Après des années de recherche et de développement, Breaking2 présentera une innovation révolutionnaire susceptible de faire progresser chaque coureur.