NRC

Plantar_D04a.png

IDÉES REÇUES SUR L'APONÉVROSITE PLANTAIRE

Plantar_M01a.jpg

Les causes possibles de cette blessure fréquente chez les coureurs sont profondes, mais il existe quelques moyens de s'en débarrasser.

Plantar_M02.png

Ceux qui ont déjà souffert d'aponévrosite plantaire ne souhaitent généralement à personne ce type de douleur. Lorsque l'aponévrosite plantaire, une solide bande de tissus qui s'étend le long du pied en son centre et qui supporte la voûte plantaire, est enflammé et/ou étiré, une douleur lancinante apparaît au niveau de la plante du pied, du talon jusqu'aux orteils. Les premiers pas le matin, au saut du lit, sont souvent les plus douloureux. Et malheureusement pour nous, cette blessure est extrêmement fréquente chez les coureurs.
« Les facteurs de risque liés à l'aponévrosite plantaire sont nombreux », explique Lance Walker, membre du Nike Performance Council, diplômé en physiothérapie et directeur de la performance au sein de MJP (Michael Johnson Performance). « Parmi ces facteurs figurent le surpoids, le manque de mobilité, de stabilité ou de souplesse à partir du cou jusque dans le bas du corps, un déséquilibre neuromusculaire ou encore une irrégularité au niveau du recrutement des muscles fessiers, pour n'en citer que quelques-uns ». Si vous avez un de ces problèmes et que vous pratiquez le running, les chocs répétés peuvent se propager dans toute la chaîne cinétique, créer des tensions dans le fascia plantaire et générer à la longue une usure du fascia.
Comme ces facteurs sont plutôt répandus, le meilleur moyen pour un coureur (et un athlète) de se prémunir contre l'aponévrosite plantaire, ou toute autre blessure, est d'accroître sa force, son équilibre, sa souplesse et son efficacité. Il est d'ailleurs fort probable que vos objectifs sur ces points ne soient pas les mêmes que ceux de vos compagnons de running.
Il est donc judicieux de commencer par analyser votre style de course naturel et de traiter directement tous les problèmes qui en découlent. « L'impact du talon à vitesse élevée, par exemple, peut générer une élongation des ischio-jambiers, vous ralentir et créer des problèmes d'absorption des chocs puisque le talon est relié au sol à l'avant du corps et que le tibia s'oriente dans la direction opposée », explique Lance Walker. D'un autre côté, en atterrissant sur le milieu du pied, on minimise les chocs mais il faut alors s'entraîner en salle, à l'aide d'exercices autres que le running, pour renforcer les hanches, stabiliser le bassin, renforcer et mobiliser les chevilles ainsi que stabiliser les voûtes plantaires. Ajuster sa posture de façon à poser les pieds sous les hanches et à se pencher légèrement en avant pendant la foulée peut contribuer à réduire les risques de blessures dans l'ensemble du corps.
Un autre moyen de minimiser les impacts répétés sur le corps, et de réduire les risques de blessures (y compris l'aponévrosite plantaire) consiste à varier les entraînements, en changeant de chaussures en fonction des exercices. Chaque run doit avoir un objectif, que ce soit pour augmenter sa force, sa vitesse ou son endurance. De la même façon, à chaque paire de chaussures doit correspondre une fonction. Chez Nike, les chaussures « Run Long » offrent plus d'amorti pour renforcer l'absorption des chocs et adoucir la réception, ménageant ainsi les articulations sur les longues distances. Les chaussures « Run Fast » permettent de renforcer naturellement l'attaque du milieu du pied, ce qui réduit les chocs et rend votre foulée plus efficace. Les chaussures « Run Strong » sont quant à elles conçues pour optimiser la force dans vos pieds pendant un run. En associant le bon produit aux bons exercices, vous mettez toutes les chances de votre côté pour réussir votre programme d'entraînement.

Plantar_M02.png

EN BREF
L'aponévrosite plantaire est une blessure qui survient lorsque le fascia plantaire, une solide bande de tissus qui s'étend le long du pied en son centre et qui supporte la voûte plantaire, est enflammé et/ou trop étiré.
Ce problème, assez douloureux, peut avoir plusieurs causes, comme un manque de mobilité, de stabilité ou de souplesse.
Le coureur peut éviter l'aponévrosite plantaire (ainsi que d'autres blessures) en gagnant en puissance, équilibre et souplesse.
Changer de type de chaussures en fonction de l'entraînement effectué peut également être bénéfique. Les chaussures « Run Long » offrent plus d'amorti pour renforcer l'absorption des chocs et adoucir la réception, ménageant ainsi les articulations sur les longues distances. Les chaussures « Run Fast » permettent de renforcer naturellement l'attaque du milieu du pied, ce qui réduit les chocs et rend votre foulée plus efficace. Les chaussures « Run Strong » sont quant à elles conçues pour optimiser la force dans vos pieds pendant un run.

SUIVEZ NIKE RUNNING